forum.cnkendo-dr.com

Bienvenue sur le forum du comité national de Kendo et Disciplines Ratachées
Nous sommes actuellement le Mer Nov 22, 2017 5:26 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: La bonne ecoute
MessagePublié: Mer Mars 31, 2010 10:56 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mer Avr 25, 2007 11:14 am
Messages: 510
Localisation: KEN GAKU KAN
Bonjour les amis,

J'ai besoin de conseils, j'en appele donc à votre grande experience. Mais tout d'abord j'expose les faits.


Ya environ 15 jours, il reste 20 minutes de cours et nous débutons les mawari-geiko avec notre sensei en pivot.

Apres 2 geiko, je me retrouve avec un eleve ayant 2.5 ans de pratique, fraichement 1er dan, donc un eleve ayant deja une certaine "pratique" et anciennete. Seulement voilà cet eleve à un defaut, il "s'ecoute trop", et je le sais...Il est egalement 1er dan de jujitsu, 32 ans, un mental de competiteur et un petit ego. Je m'efforce de vous le presente au mieux. Perso j'ai 29 ans, forte tete, rebel mais pas mechant .

Bref j'en viens au fait, donc le keiko debute, on y va franchement, on envoie du bois, ou du moins on essaie. Et au bout de 2 min. il leve la main car, selon lui, "essouflé". Je m'en occupe pas et continue d'attaquer, voir meme d'accelerer, non pas pour en profiter mais pour lui faire comprendre qu'on arrete pas au bout de 2 min, c'est le sensei qui decide de la fin du keiko. Et je lui dis t'arrete pas, continue, c'est dans ta tete, lache rien, bat toi!!!!! Il a pas aimer du tout
Et la je vois dans ses yeux, une rage, une haine, une violence. Et me dis oupsss il est enerve le garçon
Et la durant 30 secondes il enchaine 2-3 morote tsuki, pour 2 qui passent à coter et 1 non. J'ai bien cru que j'allais bouffer de la soupe durant 3 semaines...Et il fini son "petage de plomb" par un MEN. Ensuite le keiko se deroule normalement jusqu'a la fin.

Cela lui arrive souvent de s'arreter s'il vient à etre essoufler ou s'il prend un coup a coter des protections. J'essaie de lui expliquer que cela ne se fait pas mais visiblement se n'est pas efficace.

Alors voila j'aimerais receuillir vos avis et conseils tant sur mon attitude de ne pas l'ecouter que la sienne de trop s'ecouter.
Comment faire en sorte que les eleves se depassent?
Comment reagir face à un petage de plomb?

Merci

_________________
Ca se reglera en keiko


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Mars 31, 2010 1:11 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun Mai 29, 2006 2:06 pm
Messages: 674
Localisation: Lyon
Je vais parler de ce phénomène sous 2 points de vue, mais plutôt côté chanbara, que je connais mieux. La configuration reste comparable cependant.

Premier point de vue, en tant que Senpai, je jouais plutôt le complice, le grand frère lorsque j'étais en face de qqu'un comme ça. Du genre à dire "Allez tiens encore, rentre moi dedans, fais moi travailler, si tu lâches maintenant tu lâches pour nous deux, etc."
Et à aller voir après en disant, "tu vois, tu as tenu, essaie de garder cet esprit de révolte, continue, et c'est dans la fatigue qu'on travaille plus propre techniquement".

Ensuite, maintenant que j'enseigne, j'ai le point de vue du professeur.
J'essaie donc d'être vigilant aux élèves qui pourraient lâcher prise durant les combats. Lorsque c'est en face de moi, et pour ceux qui peuvent l'encaisser, je passe la 2e, voire la 3e ou la 4e, et je tartine un coup, pour montrer qu'il y a encore du chemin à faire en intensité. Tout en encourageant, mais plus sec, fini le rôle du complice.
Si la personne en a besoin, je vais marquer un coup plus retentissant que les autres, pour encore une fois laisser venir la révolte.
Parfois je dis à ceux qui sont trop passifs "C'est un combat, pas une danse !"

En revanche à la fin, comme dans le premier cas, je vais toujours dire un mot à la fin du combat pour expliquer le pourquoi.

Certains pratiquants venaient même me voir en disant "vas-y réveille moi un coup", et c'est même arrivé lors d'échauffements en compétition, histoire que je les mette sur de bons rails avant leurs combats.

Pour finir, je dirais qu'il faut accompagner le lascar en lui disant qu'il faut différencier "violence" (ou agressivité) et "combativité".

Il est important je pense de faire comprendre que s'il s'arrête, s'il casse le fil du combat et qu'il dissout le zanshin, c'est un manque de respect envers sont partenaire.

Je dis souvent à mes élèves "Si vous êtes fatigués, en combat avec moi, je préfère un combat court mais intense, que 5min en demi teinte. Alors demandez poliment "sanbon shobu, et donnez vous à fond".
Voilà peut-être un conseil qui pourrait lui profiter.

_________________
David
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Mars 31, 2010 2:44 pm 
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Oct 22, 2009 12:22 pm
Messages: 5
Localisation: Nantes
Quand je n'en peut plus, mes sensei me font faire uchi komi geiko ou kirikeishi

Mais ce n'est peut etre pas la meilleur chose a faire avec quelqu'un qui lache facilement


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Mars 31, 2010 7:01 pm 
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Jan 21, 2005 9:36 am
Messages: 304
Localisation: PARIS
Je ne pense pas qu'il y ait un conseil à donner ou à recevoir dans ce genre de situation.
Déjà Moscalis a donné son opinion lors du keiko : - tu t'écoutes trop en t'arrêtant, tu peux arriver à finir les 2mn !
L'autre a répondu : - occupes-toi de tes affaires ! tu me fais ch... !

Personnellement, je comprends Moscalis mais je pense aussi qu'on ne peut pas faire le bonheur des autres malgré eux. Certains dictateurs ont essayé, ils ont eu des problèmes...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Mars 31, 2010 7:24 pm 
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Oct 17, 2007 10:09 pm
Messages: 328
Tu pourrais peut etre laisser tomber le geiko, et lui demander de te faire faire kirikaeshi, ainsi tu continues ton entrainement (voir mieux) et lui peu se reposer.

Ceci jusqu'au jour il il aura envie de continuer lui aussi :)

Qu'en penses tu?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Jeu Avr 01, 2010 9:07 am 
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Jan 21, 2005 9:36 am
Messages: 304
Localisation: PARIS
Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.
Il est bon de se rappeler du keiko des championnats de france honneur à Orléans l'année dernière.
L'expert fédéral de l'époque a envoyé aux urgences un 4ème dan qui a eu une semaine de travail harassante mais surtout une insuffisance cardiaque héréditaire.
Personnellement, encore une fois je comprends la frustration de certains mais je n'ai pas vécu la journée ou la semaine de l'autre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Jeu Avr 01, 2010 10:06 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mer Avr 25, 2007 11:14 am
Messages: 510
Localisation: KEN GAKU KAN
@ omid : C'est plutot à lui que je ferais faire kirikaeshi, pour qu'il reprenne son souffle et finir par un petit kakari-geiko

@ NB : oui, je m'en souviens. Je tacherais de plus ecouter ses fatigues pro ou autre. Mais bon en meme temps il est fonctionnaire alors....

@Vianney : oui, on fait pareil mais pas au bout de 2 min...je pense qu'il faut s'obliger a depaser des barrieres.

@ David : pour le moment je suis uniquement dans le role du sempai et, comme toi, je felicite à la fin du cours quand ils ont bien tenu. Faut savoir motiver ses troupes, toute ma difficulte et la. S'il recommence, des ce soir, se sera ippon shobu

_________________
Ca se reglera en keiko


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La bonne ecoute
MessagePublié: Jeu Avr 01, 2010 10:58 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Sam Oct 29, 2005 5:41 am
Messages: 318
Localisation: Derrière un tronc ou à la caisse d'épargne
moscalis a écrit:
Bonjour les amis,

J'ai besoin de conseils, j'en appele donc à votre grande experience. Mais tout d'abord j'expose les faits.

Merci

Bonjour Sébastien
cherches tu vraiment une réponse...??? ou est elle comme le dit ce qui va suivre : "La réponse se trouve dans l’adaptation et le contrôle de soi et de l’autre"

je n'en connais pas l'auteur, qu'importe...il me pardonnera sans doute...enfin je l'espère.
Bonne lecture et bon geiko

"Le courage oscille toujours entre deux gouffres : la lâcheté et la témérité."

Les véritables arts martiaux ne peuvent pas être confondus avec de simples sports de combat. Dans la compétition, il y a obligatoirement un vainqueur et un vaincu. Le vaincu souvent ne se retire pas sans quelque amertume et le vainqueur sans quelque vanité.
Les arts martiaux traditionnels débouchent sur une Voie qui permet à l’homme au prix d’un apprentissage long et difficile, d’approfondir son expérience de la réalité et de lui-même. Peu à peu, le pratiquant découvre toutes les subtilités qui régissent son art martial, et il apprend, que la qualité de ses œuvres dépend de ce qu’il peut maîtriser lui-même, de ce qu’il est.
Tout combat, qu’il se situe à l’intérieur ou à l’extérieur de nous, est toujours un combat contre nous même.
Mais par quel moyen peut-on devenir fort et sage à la fois ?

Comme vous le savez, les possibilités de notre corps et de notre esprit son limitées, car nous ne sommes que des hommes. L’homme ne peut prétendre à la force physique du lion, il ne peut davantage prétendre égaler la sagesse de Dieu.
L’art martial est la discipline de toute une vie, et il est semblable à une pierre qu’il faut sans cesse polir. Dans le Dojo, le courage est essentiel. L’important n’étant pas de venir faire un petit tour, mais de durer. Parce qu’il y a beaucoup de choses à apprendre, l’apprentissage implique des rythmes et des pauses, obéi à des lois où il y a des temps de saturations, des temps de maturations. De plus, la mémoire aussi à ses limites. C’est ainsi que les impatients sont vite déçus parce que les progrès ne sont pas aussi rapides que leurs désirs ou même leur rêves. Sans oublier que l’éthique du Budo impose de persévérer mais aussi d’évoluer.
Une des idées essentielles des arts martiaux, c’est qu’aucun progrès n’est possible sans les autres. Que la recherche d’efficacité, de perfection n’est possible qu’à plusieurs et dans le respect de chacun. C’est le principe « Jita Kyoei », « Entraide et prospérité mutuelle » qui associé au principe « Seiryoku - Zenyo », « Maximum d’efficacité d’utilisation de l’esprit et du corps, pour un minimum d’effort », constitue le fondement des arts martiaux traditionnels.

"Seiryoku saizen kat suyo"
Le meilleur emploi de l'énergie

L’art martial est une école de liberté qui tient compte du partenaire qui n’est pas confiné dans le rôle de l’adversaire. Qu’il soit armé d’un sabre, d’un bâton ou d’un poignard, qu’il frappe de ses mains, de ses poings ou des ses pieds, qu’il saisisse ou qu’il esquive, il pose une question. La réponse se trouve dans l’adaptation et le contrôle de soi et de l’autre.

Un homme, un jour, voyait du haut d’un promontoire, la mer pour la première foi de sa vie.
« Que c’est beau ! Que c’est grand ! » disait-il, le souffle coupé.
« Et encore, … » lui dit son ami, « vous ne voyez que la surface ! »


ou encore ceci

"Recommandations pour l'enseignement d'un kendo profitable à l'éducation
de l'Homme

-INSISTER sur les éducatifs, mais ne jamais les séparer de l'ensemble de la
pratique; ceci afin de pourvoir le pratiquant d'une «forme de corps».

-Le plus vite et raisonnablement possible nantir le pratiquant de l'élément KIKENTAI NO ITCHI.

-Ne pas enseigner ce qui n’est pas du niveau du pratiquant.

-Ne pas interrompre une série d’exercices en cours.

-Ne pas interrompre un ji-geikopour donner des conseils à aite; se servir du shidô geiko.

-Ne pas exposer/expliquer trop longtemps; si nécessaire, procéder par
séquences sur un même sujet. (Dérogation est faite lors d’un stage de
progression quand il faut développer les thèmes de travail.)

-Ne pas être strict, mais «tenir» son groupe.

-Ne pas laisser fléchir l’intérêt des pratiquants.

-Toujours s’assurer de la véracité de ce qu’on enseigne.

-Le pratiquant ne progressera, entre autre, qu’en l’obligeant à un effort
physique; la fatigue venant, son esprit viendra aider son corps.
C’est ce qu’on appelle «apprendre par le corps». Dix uchikomi valent mieux qu’une parole.

-Les mots sont insuffisants à expliquer tous les composants, soit d’un geste,
soit d’une théorie: il faut compenser par l’action gestuelle (mise en pratique).

-Toujours préparer ses cours; prévoir de pouvoir adapter un cours en fonction
de la présence réelle des pratiquants (niveaux).

_Toujours s’exprimer sur le mode affirmer et ne pas solliciter l’approbation des
pratiquants avec des expressions comme "d’accord?».

-Laisser faire des erreurs; ne pas corriger systématiquement.

-Donner clairement les ordres.

-Donner les ordres dans le vocabulaire requis en kendo (1); dénommer
techniques et exercices dans le vocabulaire requis en kendo (1).

-Ne pas se «battre» avec ses élèves. Utiliser les shidô geiko.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Ven Avr 02, 2010 8:40 am 
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Oct 19, 2005 10:25 am
Messages: 15
Localisation: Dojo Nantais
moscalis a écrit:
Et au bout de 2 min. il leve la main car, selon lui, "essouflé". Je m'en occupe pas et continue d'attaquer, voir meme d'accelerer,

Bonjour Moscalis,

Ce que tu as marqué me gène un peu surtout "Je m'en occupe pas et continue". Notre sensei (salut vianney :wink: ) insiste vraiment sur la notion de travail à 2, et il nous dit parfois à la fin du cours "si c'est pour distribuer des coups de shinais, autant mettre un punching ball en face de vous".

Je ne connais pas ton collègue, mais perso je m'essouffles assez rapidement (asthme), et quand j'ai plus de jus, et pour reprendre un peu mon souffle je rester droit et en garde, comme ça l'autre peu continuer à "travailler". Pour ne pas rester comme un punching ball, a ce moment je travaille aussi, mais d'une façons différente. Je vais travailler par exemple mon seme, ou autre chose, sur moins frappes, mais bien construites (du moins je l'espère :roll: ).

Comme tu le dis, il semblait avoir la haine suite ton attitude, ça en devient dangereux pour vous deux. Pourquoi, à ce moment là, ne pas lui avoir demandé de te faire faire kakari geiko ou un kirigeashi, vous travailler tout les deux, ou shidô geiko.

Et comme on dit au kendo il faut seme :wink:

Ok je sors :arrow:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mar Avr 06, 2010 9:39 pm 
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Jan 24, 2005 12:21 pm
Messages: 248
Localisation: st-etienne
Pour répondre à moscalis,
je suis assez choqué de voir comment tu traites quelqu'un qui est essouflé. je comprends qu'il ait envie de te faire quelques tsuki après...J'avoue que quand j'ai lu ta remarque sur les fonctionnaires, j'ai eu une légère envie de m'associer à ses morote tsuki...mais bon, y faudrait pas que ça m'fatigue, déjà que je ne fais rien de ma journée(eh oui je suis fonctionnaire!).....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La bonne ecoute
MessagePublié: Mer Avr 07, 2010 7:17 am 
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Fév 19, 2007 3:54 pm
Messages: 283
Localisation: ...
tchikaree a écrit:
Un homme, un jour, voyait du haut d’un promontoire, la mer pour la première foi de sa vie.
« Que c’est beau ! Que c’est grand ! » disait-il, le souffle coupé.
« Et encore, … » lui dit son ami, « vous ne voyez que la surface ! »


Cette petite anecdote mérite un recadrage car ce n'est pas un conte de fée, ni un enseignement profond à destination de vagues initiés. nonon. C'est une anecdote restée célèbre et il convient d'en rétablir les sources.

Un jour de grandes inondations dans le Sud-Ouest, un préfet invita Mac Mahon, Président de la République pour qu'il mesurât de visu l'ampleur des dégâts.
Mac Mahon qui n'était pas le dernier pour qqs facéties, s'exclama:
- Que d'eau! Que d'eau!
Et le préfet qui ne manquait pas d'humour non plus répondit:
- Et encore Monsieur le Président, vous ne voyez que le dessus!


:D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Avr 07, 2010 12:35 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mer Mai 04, 2005 12:45 pm
Messages: 612
Localisation: ecoledesjedi.com
blachon françois a écrit:
Pour répondre à moscalis,
je suis assez choqué de voir comment tu traites quelqu'un qui est essouflé. je comprends qu'il ait envie de te faire quelques tsuki après...J'avoue que quand j'ai lu ta remarque sur les fonctionnaires, j'ai eu une légère envie de m'associer à ses morote tsuki...mais bon, y faudrait pas que ça m'fatigue, déjà que je ne fais rien de ma journée(eh oui je suis fonctionnaire!).....


Tiens oui c'est vrai au fait, il avait une jolie photo d'un tsuki au championnats du monde de 1997 c'était toi me semble-t-il.

Pour Moscalis, je pense que si il demande des conseils sur le forum c'est qu'il s'interroge. Après, NB l'a déjà dit : concernant "vouloir le bonheur des autres malgré eux".

Mais pour paraphraser Mr Yoshimura :
à partir du moment où vous avez un certain niveau, n'allez pas chercher vos réponses chez les autres.

Et pour citer Coluche au sujet des fonctionnaires : surtout ne dormez pas le matin parce que vous ne saurez pas quoi faire l'après midi...
éh ho c'est de l'humour aïe! ouille !

En fait, la réflexion engendrée par ce post est salutaire pour tous, même pour Raoul qui se lance aussi dans le recadrage... :lol:

_________________
Il ne faut pas prendre les messies pour des gens ternes ( Michel Vivoux en 1982)
Tapis volant G D'ail
http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2011/01/20/un-jeune-gapencais-vend-un-tapis-volant-sur-ebay


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Avr 07, 2010 3:25 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Dim Nov 27, 2005 3:50 pm
Messages: 793
Localisation: Paris - budo XI
Y a des gens qui arrivent tout seuls à se sortir les tripes, mais d'autres qui ont besoin d'un bon partenaire qui les leur arrache de force. Et on a tous nos moments où on a plus ou moins la patate.
C'est un vrai talent d'arriver à "pousser" le partenaire à ses limites sans les franchir.
Cela dit, je cautionne pas forcément la méthode moscalis, mais on en a déjà discuté hors forum :wink:
Je suis plus un partisan du bon vieux kakari geiko (qui peut dériver en ai kakari geiko si ça commence à booster) pour "finir" un partenaire exténué

_________________
Un proverbe chinois dit que lorsqu'on a plus rien à dire, on cite généralement un proverbe chinois...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Avr 07, 2010 4:04 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mer Jan 27, 2010 5:53 pm
Messages: 8
Et si cela ne suffit pas, une centaine d'haya suburi, histoire de bien le " terminer " :lol: :lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Avr 07, 2010 4:18 pm 
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Oct 17, 2007 10:09 pm
Messages: 328
Et arretez le kendo les gars, si c'est pour traumatiser les autres ^^


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr