forum.cnkendo-dr.com

Bienvenue sur le forum du comité national de Kendo et Disciplines Ratachées
Nous sommes actuellement le Jeu Mai 24, 2018 4:18 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: CR Stage de Montpellier
MessagePublié: Mar Mai 07, 2013 3:56 pm 
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Juil 09, 2008 12:36 pm
Messages: 71
Bonjour à toutes et à tous.

Voici un compte rendu du stage National de Montpellier.
Bonne lecture.

Le 25 avril dernier, la délégation du CNK Iaïdo accueillait à l'aéroport (CDG) en fin d'après midi Masahiro YAMASAKI, Sutekatsu TANNO, Tomota IDE, Yuji TAKAHASHI et Anthony HOPSON Senseï. Une fois tous réunis, nous avons dîné avant notre départ pour Montpellier. Après un voyage en avion de 1h10, nous avons récupéré le véhicule de location et direction l'hôtel. Il était 23h30 quand nous avons rejoint nos chambres.

Le lendemain matin 26 avril, le petit déjeuner fût pris en commun. Au cours de celui-ci, l'organisation de la journée a été présentée aux Senseï. A 9h30 départ vers Bouzigues pour visiter une exploitation ostréiculture située sur la l’étang de Thau. Cette visite enrichissante se termina par une dégustation d'huîtres et une conversation forte intéressante avec le producteur.

A midi, direction Sète, plus précisément le Mont Saint Clair où nous avons déjeuné.
A la sortie du restaurant, la fatigue se faisant sentir, nous prîmes la direction l'hôtel afin que les Senseï puissent se reposer et récupérer du voyage. Le repas du soir pris au centre de Montpellier à donner lieu à des discussions sur le Bûdô et Yamazaki Senseï anima les débats avec enthousiasme.


Le samedi 27 avril, premier jour du stage
Vingt minutes avant le regroupement des stagiaires, Yamazaki Sensei demanda du papier et un marqueur. Pourquoi faire ?
Une fois les discours prononcés, le Senseï demanda à tous les pratiquants de faire un demi cercle et commença à tracer des kanji sur le papier et donna leurs significations.

Je cite Yamazaki sensei :

« Je vous demande à tous de vider votre tête. Parce nous allons la remplir. Nous allons regarder la différence entre le Kendo et le Iaïdô - Elle est grande. En Iaïdô, il n'y a pas d'ennemi et malgré cela, selon les niveaux des pratiquants, les Senseï peuvent voir les différences.

L'explication d'un kanji "Kiku - écouter" : ce qui sort de la bouche est important pour l'intégration des techniques. L'écoute est en relation avec les oreilles, l'écoute peut se faire également avec les yeux. Cette dernière notion du regard est étroitement liée au cœur. Donc, si on ferme son cœur, on n'entend rien et la progression devient complexe. Il faut laisser tomber tout ce qui n'est pas sérieux...

Mais aussi, il faut essayer de se fixer un but à sa pratique. Je vais vous poser la question suivante : Pourquoi pratiquez-vous le Iaïdô ? »

Différentes réponses ont été données par les stagiaires ; pour certains l’objectif était la pratique des arts martiaux, pour d'autre l'intérêt pour la culture japonaise se révélait plus important.

« Jusqu'à la seconde guerre mondiale, les japonais savaient qu'il ne fallait plus utiliser le sabre. Mais, qu'ils devaient garder à l'esprit cette pratique avec le sabre.

Le Ko Ryu et le Seitei Iaï c'est la même chose, c'est le cœur qui compte, c'est un ensemble.

Grâce au manuel, il faut se reporter à ça pour la forme. Nous nous sommes rendu compte que dans le titre du manuel le "Do" y était absent et cela créa une confusion dans la tête des japonais. En effet, nous étions en paix et on leur demandait de faire du jutsu (combat). Il était difficile alors dans la tête des japonais de comprendre cette notion de combat, puisque le monde était en paix.


Avant l'époque Meiji, les gens sortaient dehors armés, après non. Donc, il est difficile d'avoir une attitude du Budô. Même au Japon, il faudrait qu'ils comprennent que c'est une voie.

La différence entre Kendô et Iaïdô sont les suivantes :
- Kendo = c'est apprendre des techniques de combats.
- Iaïdô = C'est étudier et avoir un bon esprit dans la vie au quotidien et au travail.
Il y a parmi nous des personnes jeunes, ils veulent comprendre le sens de la culture dans le Iaïdô, c'est pour toute la vie.

Au Japon il y a un mot ancien (...) qui dit que si on a bien appris avec un bon esprit c'est bon. Par contre, si on fait que la technique, cela n'a pas de sens.

Voici une tasse et pendant le stage chacun va devoir la remplir avec les efforts qu'il va faire.


Pourquoi c'est difficile de devenir 6ème dan, parce sans cesse il faut faire des progrès pour élever son niveau. Et puis, il faut se poser la question pourquoi je fais tel geste et pour quelle raison ?

KANGYO : la raison, le sens de la chose.

Il ne faut pas se contenter de la forme (la tasse représente la forma KATACHI), il faut remplir la tasse (le contenu c’est la profondeur de la pratique).
»

Il est 11h 30 lorsque les explications de Yamazaki Sensei se terminèrent et la démonstration du Seitei Iaï débuta. Cependant, rattrapé par temps, l'heure du repas sonna.

A 13h30, Yamazaki Senseï scinda le groupe en 2. Hopson Senseï et Sauvage Senseï ont été en charge d'animer le groupe des mudans jusqu'au 2ème dan et les Senseï japonais du 3ème jusqu'au 6ème dan. Chaque kata fût travaillé et décortiqué en fonction des critères du Seitei Iaï, et ce jusqu'à 17h30.

Le lendemain matin, dimanche 28, l'organisation des groupes fût la même que la veille et les 12 kata ont été à nouveau étudié avec plus précision.

A partir de 14h00, débuta le passage de grades. A 16h00 Yamazaki Senseï réunit tous les candidats aux tests de passage de grades et donna sa vision sur l'aspect technique. Pendant ce temps, les résultats furent affichés.

Ce compte rendu ne peut se conclure sans un grand merci aux bénévoles, aux traducteurs ainsi qu’à toutes les personnes qui se sont impliquées avec cœur pour le bon déroulement de ce stage national et ceux qui œuvrent pour le développement du Iaïdo français.

Lundi 29 matin, les Senseï ont fait des achats dans Montpellier avant de reprendre l'avion. Ils sont bien arrivés au Japon. D'ailleurs l'ouverture du Kyoto Taïkaï se fera par Yamazaki Senseï le 3 mai 2013. Le prochain stage national sera en février 2014 en Vendée.


Retour d'Expérience (REX)
Groupe 4, 5 et 6 Dan
Yamazaki et Tanno Senseï

MAE
Il y a 2 niveaux de réalisation du Nuki Tsuke et d’apprendre ce kata, qui sont :

-> Débutant : en dégainant le sabre se placer à genou et ensuite déplacer les pieds tout en réalisant Nuki Tsuke. La Saya est parallèle au sol.
-> A partir de 3 Dan : tout en relevant pour exécuter le Nuki Tsuke le pied droit et gauche passent sous le corps simultanément, il n’y a pas d’arrêt entre esprit, le corps et le sabre.
Critères :
-> Réaliser Furi kabute : En même temps avancer le genou et armer le Furi Kabute, le kissaki passe par l’oreille gauche et pour éviter que le kissaki tombe, contrôler la tsuka kashira avec le petit doigt de la main gauche. Les mains se trouvent au-dessus de la tête. Attention, la lame ne doit pas se trouver en-dessous de l'horizontale.
-> Kiri Tsuke : entre le furi kaburi et kiri tsuke il n’y a pas d’arrêt. La position du dos déterminera la position et l'arrêt de la lame.
-> O chiburi : respecter l’angle de 45° formé par le sol et le sabre.

Note : Yamazaki Senseï a précisé qu’il n’y avait pas de relâchement dans l’exécution des kata. Il est important de garder l’axe du corps au centre et en équilibre. Surtout, ne pas rompre cette ligne en coupant. En effet, la tendance serait de balancer la partie haute du corps pour couper.

USHIRO
Aujourd’hui, 2 formes sont acceptées, explications :

-> Méthode ancienne : se redresser sur les genoux en sortant légèrement le sabre, attention à ne pas écarter les pieds. Ensuite effectuer la rotation et simultanément exécuter le Fumi Komi et le Nuki Tsuke.
-> Méthode plus récente : tout en se redressant, tourner spontanément, exécuter le Fumi Komi et le Nuki Tsuke.


UKE NAGASHI
-> Tout en relevant pour exécuter le Nuki Age, le pied droit et gauche passent sous le corps simultanément. Attention le pied gauche ne dépasse pas le genou droit. Il n’y a pas d’arrêt entre esprit, le corps et le sabre.
-> Debout, le sabre est en Uke Nagashi à 45°, il doit protéger la partie supérieure du corps.
-> Pour exécuter le furi kaburi, la main tourne sur elle-même et réaliser Te No Uchi à la fin du parcours pour que le kissaki soit dirigé vers le ciel. Attention à ce que la main droite reste au-dessus de l’épaule, il ne faut pas la déporter à l’extérieur de l’axe du corps pour réaliser la coupe.
-> La coupe doit se faire en Kesa, en fin de parcours le kissaki est légèrement plus bas.
Attention à TE no Uchi au moment de la saisie du Tsuka. On retrouve cette saisie au moment de la rotation de la poignée pour la coupe.

TSUKA ATE

-> Assis en Tate Hiza, on saisit d’abord à 2 mains la tsuka kashira, se relever et frapper l’ennemi au plexus.
-> Première rotation : la lame se retrouve en kamae contre la poitrine et elle est parallèle au sol. Lors de la réalisation du Tsuki, il ne faut pas descendre la droite, elle pique droit en direction du plexus.
-> Deuxième rotation : la rotation du pied gauche se fait rapidement et simultanément la coupe est effectuée.

KESA GIRI
-> Respecter l’angle des coupes « suivre l’ourlet du keikogi ».
-> La première coupe se réalise avec la hanche gauche.
-> Hasso no kamae : en ramenant la tsuba au niveau de la bouche, il ne faut pas changer l’angle de la lame, une fois en position hasso, la tsuka kashira est au centre du corps.

MOROTE TSUKI

-> La première coupe (nana me) se réalise en allant chercher l'ennemi, donc, il est nécessaire d'avancer plus pour couper
-> En se plaçant en kamae, le corps se rapproche de la Tsuka Kashira et les orteils du pied gauche ne dépassent pas le talon du pied droit, le kissaki est dirigé vers la gorge.
-> Pour réaliser le Tsuki, il faut un peu tendre les bras et par un jeu biomécanique la lame se dirige vers le plexus.
-> Les 2 deux coupes suivantes se font sans que le mouvement du corps et du sabre soit stoppé. Il faut avancer sur l’adversaire pour couper . Fumi kae se fait an avançant et non seulement en déplaçant le pied sur le côté.

SANPO GIRI

-> Le seme au 4ème pas doit être fort, ensuite, tourner sur le "Yusen" du pied gauche et déplacer le pied droit, puis couper. Attention, cette coupe est pratiquement droite, l'angle est très serré.
-> Pour la dernière coupe, l'orientation du corps vers l'ennemi se fait sur le Yusen du pied gauche. Bien sûr, effectuer un passage en "Uke Nagashi" dans cette rotation.
-> Jodan kamae, ce n'est pas seulement reculer, mais, il faut y mettre "l'esprit" offensif.

GAN MEN ATE
-> L'ATEMI s'effectue entre les 2 yeux avec l'angle (dessous) de la Tsuka Kashira.
-> Le Tsuki ne doit pas être fait en baissant la main droite, au contraire, le Tsuki ressemble à une attaque en Karate. Donc, la main part directement de la hanche.

SOETE TSUKI
-> Quand les 2 personnes se croisent, celui qui attaque est trop proche, donc il sera obligé de couper en reculant. On Tire fort la main gauche au moment de reculer le pied
-> La coupe s'effectue de l'épaule droite à l'extérieur jusqu'à la hanche gauche.la pointe un peu vers le centre et surélevée en fin de coupe
-> Au moment de réaliser le Kamae, la main gauche est parallèle au sol et le pied droit ne se croise pas.
-> Le Tsuki se réalise avec le Ki Ken Tai no Ichi.

SHI O GIRI
-> Au moment de réaliser l'atemi, ne pas ramener le sabre vers soi. Ce qui ferait râter la frappe sur le dessus de la main droite. La saya doit être surélevé au niveau du Kashira au moment de l’atemi.
-> Après la rotation, la lame est placée sur la poitrine. Lors de la réalisation du Tsuki, ni la lame, ni la main droite descendent.
-> La première coupe, avant préparer la coupe tout en réalisant le furi kaburi passer en Uke Nagashi.

SOO GIRI
-> Toutes les coupes se font sans ramener le pied gauche, il ne faut pas confondre avec Ki Tai Ken.
-> La coupe horizontale se fait en déplaçant le pied droit et sans rupture après la troisième coupe

NUKI UCHI
-> Dégainer en reculant très profondément, en orientant la Tsuka Kashira vers le ciel.
-> Un Furi Kaburi correct permet de placer le sabre au-dessus de la tête.




Merci à Dominique Losson pour ce CR plein d'enseignement.

Bien cordialement
L' Équipe Communication Iaido


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: CR Stage de Montpellier
MessagePublié: Jeu Mai 16, 2013 12:51 pm 
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Nov 04, 2012 8:04 am
Messages: 6
Bonjour,
Je voulais juste dire que les comptes-rendus des stages étaient des écrits vraiment intéressants. Merci de nous donner un aperçu des enseignements des sensei lors des différents stages effectués et vos témoignages.
À+ :wink:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr