forum.cnkendo-dr.com

Bienvenue sur le forum du comité national de Kendo et Disciplines Ratachées
Nous sommes actuellement le Lun Jan 22, 2018 7:15 am

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePublié: Ven Mai 30, 2008 2:42 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun Nov 29, 2004 11:38 pm
Messages: 63
En guise de compte-rendu, voici les impressions de trois pratiquants que je communique là. Elles remplacent donc le traditionnel CR de stage.



S. Mérieult – responsable Commission Naginata




____________________________________________________________

30 avril : Et bien en fait je n’étais pas là donc je n’ai pas grand-chose à dire. Il y avait du beau temps donc cela présageait un bon stage pour les jours arrivant.

1er Mai : Fête du travail !!!! Et pour travailler on a travaillé. Beaucoup de nationalités sont présentes à ce stage et cela fait plaisir à voir. Une liste (non exhaustive) des nationalités :

* Française,
* Anglaise,
* Tchèque,
* Hollandaise,
* Allemande,
* Australienne,
* Japonaise,
* Belge,
* Italienne
* Américaine

J’espère ne pas en oublier…

Sur le programme de la journée, d’abord la petite mise en forme (échauffement) par Hughes. Moins énergique que d’habitude (à quand le petit train ????) mais quand même bien tonifiant. Nous commençons ensuite par étudier les coupes avec les Sensei à l’affût de nos erreurs. Toujours Pour ma part toujours beaucoup de difficultés en migi shudan mais ce n’est que par la pratique que l’on s’améliore. Ensuite nous commençons le gros travail du stage, les shikake ooji waza. Ne connaissant vraiment bien que les 5 premiers, je ne travaille d’abord que ceux- là selon les ordres des sensei puis choisissons avec mon partenaire les points qui nous semblent les plus problématiques pour nous. On nous laisse pas mal de temps pour tout voir donc nous pouvons travailler bien en profondeur et bien s’arrêter sur chaque point. Pour finir la journée, nous nous séparons en différents groupes où les plus gradés vont travailler les kata de la fédération et les autres peuvent choisir entre mettre l’armure ou continuer les shikake ooji waza. Je choisis la deuxième option pour continuer le travail déjà effectué, en me disant que, de toute façon, on aura bien assez de temps après, pour travailler en armure. Ensuite vient la fin de ce premier jour de stage. A demain pour la suite.

2 mai : Réveil difficile. Il faut l’avouer, venir à 9h à Villiers sur Marne n’est pas vraiment l’extase. Mais quand on aime, on ne compte pas ! Nous commençons la journée comme la précédente avec le réveil musculaire de Hughes puis les coupes sous la direction de différents sensei. Nous travaillons ensuite les shikake ooji waza mais maintenant nous sommes par deux, sous la direction d’un pratiquant plus gradé. J’en profite pour voir avec ma binôme (ici Inès de nationalité allemande) le sixième et huitième shikake ooji waza (ce n’était pas exactement le sujet de l’exercice mais le travail nous intéressait). Ensuite vient l’utilisation de l’armure. Là nous pratiquons par deux des exercices d’abord basiques puis partons sur des exercices d’attaques /contre attaques. Entre chaque exercice, nous changeons de partenaire pour travailler avec le maximum de personnes. Des pratiquants continuent à étudier les kata de la fédération et ceux qui n’ont pas mis l’armure continuent les shikake ooji waza. Encore une journée bien remplie.

3 mai : Dernier jour de stage pour moi. Toute la matinée sera sans armure. Après une bonne dose d’échauffement, sous l’égide de Martine, et de coupes, nous recommençons une dernière fois les shikake ooji waza puis participons à une mini compétition technique. Notre niveau se limite à trois techniques, ippon me, nihon me et yonhon me. Le niveau supérieur nous permet d'observer roppon me, nanahon me et achihon me. Un dernier repas au restaurant thaïlandais et nous voilà partis pour un long après midi. Que de l’armure ! Suivant la même organisation que le matin, nous pratiquons d’abord des exercices par deux puis passons ensuite à une mini compétition tout d’abord en individuel puis par équipe. De bons exercices où nous pouvons rencontrer des adversaires que nous ne connaissons pas. La fin de l’après-midi a permis aux candidats aux grades de passer l’épreuve écrite.

Voilà, pour moi c’est la fin du stage qui fut très enrichissant en nouveautés et en perfectionnement. J’ai encore rencontré de nouvelles personnes et me suis, je pense, encore amélioré.

Florian T.




____________________________________________________________



Compte-rendu du stage encadré par Fukuda-sensei et Hirooka-sensei

Bonne ambiance, travail avec des pratiquants nouveaux (en particulier avec les Anglais et les Allemands).

Le stage s'est déroulé pour l'essentiel dans la pratique du kihon, avec ou sans armure : après avoir travaillé les uchi, uchikaeshi et les shikake ooji waza, le groupe se trouvait généralement divisé en plusieurs groupes :

* les personnes ne portant pas l'armure et/ou les personnes souhaitant continuer à pratiquer les shikake ooji waza ;
* les personnes portant l'armure et souhaitant pratiquer en bogu ;
* les sandan et plus, pratiquant les zen nihon kata renmei.



Le stage a été l'occasion de se voir transmises par Fukuda-sensei les techniques de atarashii naginata, mais aussi leurs évolutions (car atarashii naginata est une voie – dô – qui vit), et ainsi de corriger des erreurs. Ces corrections ont été apportées autant dans le kihon, dans les shikake ooji waza que dans la pratique en armure.

La pratique en armure s'est tout d'abord concentrée sur le kihon en armure : il est en effet essentiel d'avoir une bonne garde, un bon mouvement, une bonne posture pour avoir un bon uchi, toutes choses souvent oubliées lors des combats (Fukuda-sensei posa d'ailleurs la question lors du premier exercice en bogu le vendredi après-midi : pourquoi faites-vous de beaux uchi lorsque vous travaillez le kihon sans armure ou les shikake oogi waza, et qu'ensuite vous vous précipitez sans faire attention à votre déplacement et à votre posture une fois que vous avez revêtu le bogu ?). Différents exercices ont permis la recherche de ces éléments :

* le travail des uchi (en l'occurrence mochikae men, mochikae sune, kote uchi) par l'exercice kihon datotsu : en sotai, chaque naginata no hito attaque six fois en faisant le coup prévu pour l'exercice, puis kotai ;
* le travail des fumikomi, en deux temps : pour fumikomi sune, dans un premier temps, passage de face depuis chudan sans bouger, la naginata remontant pour « armer » le coup, puis impulsion du pied arrière et passage de profil, et dans un second temps fumikomi sune de manière plus fluide ; cette succession permet de prendre conscience du rôle majeur des hanches (hara et koshi) dans les fumikomi, souvent oublié au profit d'un mouvement des bras. Pour fumikomi men, l'exercice de base consiste en shomen puis passage de face sur place, impulsion du pied arrière et uchi. Fukuda-sensei a par ailleurs rappelé que le fumikomi en naginata n'est pas le fumikomi du kendô.

Les premiers jigeiko n'ont eu lieu, le vendredi en fin de matinée, qu'après ce travail de kihon ; des shiai arbitrés se sont déroulés le samedi après-midi : on regrettera dans une certaine mesure la non-mixité de ces combats (enrichissants pour les participants), mais surtout l'absence côté masculin d'une sensei japonaise dans l'arbitrage et la correction des combattants (d'autant plus que l'avis de Fukuda-sensei concernant la qualité des combats était assez mitigé).

Thibaud B.






____________________________________________________________________

J’ai été heureuse de pouvoir participer à cette aventure, occasion inespérée de voir de plus près ce qu’étaient les sensei japonaises, les vraies de vraies, en provenance directe de Nara.

J’ai été étonnée de voir combien peu les français étaient au regard des étrangers, parfois venu de très loin (les tchèques). Bravo à eux pour avoir eu la pugnacité de venir et honte à nous de ne pas nous être déplacés pour cette occasion exceptionnelle.

J’ai apprécié avoir pu travailler sur les bases : la posture, sans cesse reprise et corrigée, le kihon repris maintes et maintes fois, toujours avec une correction supplémentaire faite pas à pas, et également les shikake-ogi effectués à un contre le reste de l’assistance (certes un peu déroutant au départ, mais non dénué d’intérêt _ là, c’est la maniaque du technique qui parle).

J’ai aimé les entraînements, toujours solidement enracinés dans la technique.

Etait-ce parce que nous avions des lacunes en la matière ou était-ce l’usage à Nara comme dans tout bon dojo de là-bas, peu importe : j’y ai trouvé mon bonheur, quand bien même les pieds enflammés à la fin de la journée.

Car à la fin du stage, je sentais que j’avais « gagné » une nouvelle façon de les appréhender, que je me sentais plus en phase dans quelques-uns de ses mouvements.

L’intermède « compétition engi amicale » du samedi a été une bonne chose pour les arbitres, occasion de mettre quelques petits détails au point et à plat quelques sujets de discorde.

Comme quoi, tout le monde a bénéficié de ce stage, pas seulement les simples pratiquants.

C’est dommage qu’elle ne l’aie pas fait pour le combat en règle générale, préférant arbitrer avec Hirooka chez les filles.

Etait-ce à cause de la rareté de l’événement (« C’est une sensei japonaise qu’on a devant nous !») , l’effet de dépaysement (« Tiens, ce ne sont Ni Martine ni Cécile qui dirigent le stage… »), la formidable énergie dégagée par Fukuda sensei (toujours le sourire…et l’½il à tout), ou autre chose encore (une ambiance plus dynamique et pêchue que dans les stages français habituels par exemple), tous étions plus attentifs que de coutume à ce qui se disait et surtout se faisait.

Et le fait que Fukuda sensei trouve moyen de mêler japonais, anglais et français de temps à autres a renforcé notre attention tant sur son discours que l’observation de ses mouvements afin de faire le raccord. Pour ma part, je sais que j’ai travaillé sur plusieurs niveaux la compréhension de ses interventions et ai passé bien du temps à l’observer, de même que Hirooka sensei quand elle descendait dans l’arène en armure.

Les exercices en armure, assez rares finalement, étaient eux aussi intéressants dans la mesure où il nous est souvent arrivé de travailler sur différentes distances.

Le sectarisme entre hommes et femmes n’a pas été une mauvaise idée quand on voit la différence technique entre hommes et femmes ; ce n’est pas tout à fait la même approche du combat, serai-je tentée de dire.

Mais toujours du technique avant et après, pour se préparer puis se « détendre ».

Les exercices de déplacement étaient bons eux aussi, dans le sens où c’est une féroce lacune chez moi. Il est dommage qu’on n’en fasse pas plus souvent.

Voilà le tour d’horizon de ce stage, les impressions et leçons que j’en ai reçu.

Agnès L

_________________
Sylvie MERIEULT

Responsable de la Commission Naginata

FFJDA/CNK


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Ven Mai 30, 2008 3:10 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar Déc 07, 2004 4:57 pm
Messages: 290
Localisation: IBU
Vizir a écrit:
Le stage s'est déroulé pour l'essentiel dans la pratique du kihon, avec ou sans armure : après avoir travaillé les uchi, uchikaeshi et les shikake ooji waza, le groupe se trouvait généralement divisé en plusieurs groupes :

* les personnes ne portant pas l'armure et/ou les personnes souhaitant continuer à pratiquer les shikake ooji waza


Histoire de chicaner un peu :

Il s'agit bien des shikake-ouji waza (しかけ応じ)
et non pas des shikake-ooji waza !

voilà, c'était pour dire rien du tout ! :P
Hasta màs !

_________________
Baptiste Tavernier
-Naginata y Tequila-

"We are now no longer the knights who say ニ !
We are the knights who say 駅 駅 駅 普段着 フポング !"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Merci Baptiste!
MessagePublié: Dim Juin 01, 2008 3:45 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun Jan 31, 2005 6:05 pm
Messages: 24
Localisation: PARIS
Grand merci à toi BAPTISTE de nous éclairer sur nos fautes d écritures dans la langue des REALS NAGINATA WARRIORS mais je crois que moi meme j'ai du faire cette faute plusieurs fois.Dont acte!!Ace propos la traduction litterale " CELLE QUI COUPE LA VAGUE "Tu vois ou je veux en venir Eh ,rassure toi au moindre doute ,a partir de maintenant je n'hesiterais pas .N'empeche que c'etait VRAIMENT un super stage qui me montre que le chemin est long long pour faire un beau MEN,j'y arriverais peut etre un jour :? Allez salut 8) Touriste

_________________
Alain

Club NIDF


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr